Les dernières expositions
Michel Houellebecq – Before Landing

C’est un écrivain passionné par la photographie que la mairie du 20e arrondissement invite à au Pavillon Carré de Baudouin : Michel Houellebecq. Dans le cadre de la thématique “Anonymes et amateurs célèbres” du Mois de la photo à Paris, celui-ci a pensé une installation originale de photographies avec lesquelles il construit son rapport à l’Hexagone.

Depuis 2012, Michel Houellebecq et le photographe et commissaire d’exposition Marc Lathuillière entretiennent un dialogue sur la France, sa désindustrialisation et sa muséification sous l’effet du tourisme, ainsi que sur sa représentation en image. Cet échange donne lieu à un dispositif de deux expositions, Le produit France, un dialogue entre les deux créateurs dont Before Landing constitue le premier volet et l’exposition Musée national de Marc Lathuillière le second.

Pour cette première grande exposition personnelle, Michel Houellebecq développe une œuvre singulière : pratiquant la photographie depuis le début de son parcours, il associe ici un corpus d’une cinquantaine d’images à des fragments de textes, fictions ou poésie. Les paysages ruraux, les aménagements urbains et les hubs de transport, thèmes récurrents de ces séquences, font écho aux visions prospectives de la France développées dans La carte et le territoire, son roman prix Goncourt 2010. Ils dévoilent aussi le point de vue singulier de l’écrivain sur le monde.


UN RAPPORT À LA FRANCE ET AU MONDE

Depuis ses études – un diplôme d’ingénieur agronome, et une formation à la prise de vue à l’École Louis-Lumière – la photographie accompagne la réflexion écrite de Michel Houellebecq sur notre société. Sa pratique est d’une double nature : les images sont soit prises pour documenter les lieux servant de cadre aux récits, soient réalisées comme oeuvres en elles-mêmes. Dans un second temps, manifestant ses intentions d’artiste, Michel Houellebecq se livre à des interventions numériques dans certaines images : montages, incrustations, ou insertions de textes et de dessins.

Centrées sur la France, les photographies de Before Landing font écho aux travaux de Jed Martin, l’artiste contemporain au cœur du roman La carte et le territoire. Si, contrairement à son personnage, Michel Houellebecq ne photographie pas des cartes Michelin à un angle de 30°, il recherche néanmoins des points de vue surplombants. L’Hexagone est contemplé depuis des collines, des tours ou des avions à l’atterrissage. Comme dans sa littérature, volontiers prospective, il s’agit de voir loin. Un regard maquettiste qui, comme dans le roman, affirme : « la carte est plus intéressante que le territoire ». Pour Michel Houellebecq, il s’agit moins de livrer un documentaire sur la France que de collecter et d’assembler les pièces d’un récit latent : d’une fiction, voire d’une science-fiction.

Terroirs désertifiés ou centres-villes transformés en parcs à thèmes, les paysages saisis semblent tout d’abord figés. Dans cette contrée désindustrialisée, la possibilité d’une renaissance est évoquée par un retour, non à l’usine, mais à la nature, en particulier aux espaces sauvages du Massif central. Il s’agit donc moins là d’un bilan que de visions d’un possible avenir. Traversés par des axes de transport – rails ou routes – ces prises de vues ne sont d’ailleurs pas statiques : elles miment la vision d’un territoire capté depuis la vitre d’un train en marche ou le hublot d’un avion en approche.

Si certaines photographies s’affichent de manière isolée, selon des modes évoquant la signalétique urbaine, la plupart sont assemblées en séquences rythmées par des fragments de textes. Pour Michel Houellebecq, la référence est ici moins le story board de cinéma que la composition de ses recueils de poésie. Ainsi dans la grande séquence murale du 1er étage, où surgissent en incrustation les quatre strophes d’un poème de Configuration du dernier rivage. Mobilisant ses rapports au visuel comme au verbe, celle-ci livre l’une des clefs de compréhension de Before Landing.

Plus qu’un rapport à la France, c’est un rapport au monde que l’artiste-écrivain y laisse entrevoir : intervenir dans le réel, malgré la crainte d’y toucher – d’y atterrir – et se confronter à la mort tout en continuant, quand même, à pratiquer la vie.

Houellebecq_affiche
France #04 800 - copie
France #05 800 - copie

France #14 800 - copie
France Provence Alpes Co¦éte d'Azur #2 800 - copie

Mission #01 800 - copie

Organisateurs et partenaires de l’exposition

Cette exposition est organisée par la mairie du 20e arrondissement de Paris en partenariat avec la Mairie de Paris, l’association Paris Culture 20, Picto et avec le soutien de Gares & Connexions dans le cadre du Mois de la photo 2014.

Commissaire d’exposition : Marc Lathuillière
Régie : Corégie Expo

GARES & CONNEXIONS
Gares & Connexions, l’activité de SNCF dédiée au développement et à la valorisation des 3000 gares françaises, a choisi depuis sa création de mettre la vie culturelle des régions au cœur des gares. Elle propose tout au long de l’année aux voyageurs et aux riverains de nombreux évènements culturels et artistiques : expositions photos, animations, performances…
Institution liée par essence aux notions de territoire, d’identité et d’urbanisation, elle évoque aussi par extension le cheminement, le récit et l’imaginaire. Ces thèmes étant tous portés par l’œuvre de Michel Houellebecq, Gares & Connexions a vu comme une évidence ce partenariat pour l’exposition au Pavillon Carré de Baudouin, dont elle se fait l’écho en Gare de Paris-Lyon.

Galerie photo

Visionnez la galerie photo