Les dernières expositions
Parcours philosophique : de la communauté comme fait réel à l’idée d’Etat

Chaque année, la mairie du 20e vous propose des conférences gratuites au pavillon Carré de Baudouin. Découvrez la programmation de l’année 2016/2017

C’est reparti pour une nouvelle saison culturelle dans le 20ème ! Afin de vous offrir toujours plus de motifs de débat, de transmission, mais aussi d’évasion et de découvertes, nous vous proposons une nouvelle saison des très appréciées Invitations aux Arts et aux Savoirs, au Pavillon Carré de Baudouin. L’espace culturel du 20ème fêtera en 2017 ses dix ans d’existence, et, pour l’occasion, les IAS reviennent avec pas moins de huit cycles de conférences animés par des oratrices et des orateurs de qualité et aux profils variés qui vous feront partager leurs passions artistiques, philosophiques ou culturelles. Nouveauté cette année, le cycle consacré à l’art urbain qui fera écho aux grandes expositions du Pavillon Carré de Baudouin et au mur d’expression artistique. Que vous soyez novice ou érudit, jeune ou moins jeune, ces conférences sont les vôtres et il y en aura pour tous les goûts ! Vous pourrez dépasser vos horizons philosophiques, enrichir vos connaissances musicales ou économiques, ou dialoguer autour d’oeuvres littéraires connues ou méconnues. Gratuites, et programmées à des horaires variés ces conférences sont à la fois exigeantes, de qualité et accessibles à tous ; elles constituent une véritable Université populaire, pour que le savoir dépasse toutes les barrières. Et si cette année vous faisiez le plein de connaissances ? Nous vous souhaitons un bon voyage dans le monde des arts et des savoirs.

Programmation des cycles de conférences 2016/2017 :

  • Comprendre l’économie :
    La privatisation est opposée à la nationalisation, l’austérité budgétaire à la relance keynésienne, le libre-échange au protectionnisme, la réglementation à la déréglementation, la flexibilité à la
    protection de l’emploi, la croissance à la décroissance… C’est ainsi que se construit l’analyse économique, d’oppositions en contradictions. L’économie nous apparaît comme une machine mue par des lois universelles contre lesquelles toute résistance serait vaine. L’analyse économique, elle-même, nous semble une discipline compliquée, aride et indigeste. Et pourtant, l’analyse économique n’est pas soumise à des lois immuables et ne possède aucun « théorème » qui ne résiste au temps. Toutes ses « vérités » sont relatives, dépendent de l’oeil qui les observe et de l’époque à laquelle elles sont observées. Derrière les modèles économiques les plus complexes, se cachent toujours une ou deux idées simples. Quant à l’économie, disons que c’est une machine dans laquelle « il y a du jeu dans les rouages » (selon l’expression de l’économiste D. Clerc, Déchiffrer l’économie, 2014). L’objet de ce cycle de conférences est précisément d’explorer ce « jeu » afin de faire le tri entre les idées reçues et les arguments fondés, parce que comprendre l’économie nous apparaît comme un enjeu citoyen !
  • Art Urbain :
    Apparu aux États-Unis dans les années 1970, l’art urbain constitue aujourd’hui un des mouvements artistiques les plus populaires aux mutations multiples et foisonnantes. Par le nombre massif de pratiquants et la visibilité relayée par des passionnés toujours plus variés, le graffiti et les diverses interventions artistiques dans l’espace public forment aujourd’hui un univers dense et hétéroclite. Au sein de ce qu’il serait plus simple de catégoriser comme un seul mouvement, les règles, critères d’appréciation et motivations de chacun sont souvent assez différents:
    (re)contextualiser l’art dans le quotidien, le mettre à l’épreuve des «éléments», jouir d’une grande visibilité, concurrencer les signes dominants (institutionnels ou publicitaires), diffuser un message, jouer ou provoquer…
    Aujourd’hui, l’art urbain est à la croisée des chemins, balançant entre, d’un côté, un âge d’or magnifié de l’underground, de l’adrénaline des débuts, de l’informel et de l’illégal et, de l’autre, une popularisation immense, accompagnée de l’officialisation en marche. Plus que pour toute forme d’art jusqu’ici, cette reconnaissance pose de nombreuses et complexes questions. Cette série de
    rencontres propose de tenter de répondre à ces nombreuses interrogations et paradoxes que soulève cette pratique artistique unique.
  • Découverte de l’Art Actuel :
    La ville à la nature, les animaux à la bande dessinée, la poésie aux voyages, Eros à l’art brut… qu’à cela ne tienne… plongez au coeur de la création contemporaine et vous ferez d’étonnantes
    découvertes.
    L’art contemporain, champion de la métamorphose et de la transgression, prend des formes infiniment variées. On y croise l’attendu, et surtout… L’inattendu ! Acceptez d’être surpris, dérouté voire choqué…
  • Parcours philosophique :
    Lorsque le regard se pose sur « Carré noir sur fond blanc » de Malevitch ou sur « L’arc noir » de Kandinsky, toute référence à la nature nous semble rompue ; tout se passe comme si
    une résonance familière était désormais empêchée, aussi se croit-on sevré d’une expérience esthétique dont on aurait l’inextinguible nostalgie. Sans doute faut-il convenir que l’assertion d’Aristote « l’art imite la nature » a été reçue comme la formule fondatrice de la mimésis, c’est-à-dire de l’art miroir de la nature ; dès lors la beauté naturelle fut promue modèle même à imiter. S’il n’y a de beauté artistique que dans une telle imitation, comment interpréter la trajectoire qui nous conduit de l’esthétique gréco-romaine à l’art non figuratif ? L’art abstrait ne récusera-t-il pas la nature comme écrin premier du beau ? Mais qu’offre-t-il donc à voir ?
  • Les samedis musiques :
    Les “Histoires de Jazz & de Musiques” cèdent désormais la place aux “Samedis Musiques du C2B”, avec toujours plus d’artistes et de groupes légendaires. Frédéric Goaty a de nouveau
    convié quelques amis et experts : Michel Benita, Olivier Nuc, Christophe Geudin et Ersin Leibowitch  qui partageront leur savoir et leur passion avec leur enthousiasme chaleureux et
    communicatif. Nouveau : de 15 heures à 16 heures, juste avant le début de chaque conférence, “Radio C2B Jazz” vous fera découvrir les grands classiques et les nouveautés du jazz !
  • A la découverte du langage musical :
    Nous sommes nombreux à écouter de la musique. Parfois même, l’écoute pose des questions. Ce cycle de conférences cherche à guider les mélomanes dans leurs écoutes et à leur faire découvrir un répertoire. Chaque conférence est axée sur quelques oeuvres autour desquelles sont placés des focus, et laissent la part belle à la rencontre avec d’illustres compositeurs. Aucune connaissance musicale préalable n’est exigée. Venez simplement avec vos oreilles et une bonne dose de curiosité !
  • Dialogues littéraires :
    Cette année nous voyagerons. Très loin, et dans le plus intime, puisque nous aborderons à la fois les pays de l’enfance de plusieurs de nos auteurs, l’Egypte, le Tchad, l’horizon des Tsiganes,
    et les terres de la création jusque dans l’enfermement de la prison, des caps nazis, mais aussi ce grand voyage qu’est la psychanalyse et l’influence qu’elle a, peutêtre, sur l’écriture. Et bien sûr à chaque rencontre un article à fleur de peau et des photos sur le site www.chantal-portillo.com
  • Lire la ville :
    La ville s’est bâtie au fil des siècles, s’est transformée et continue sa mutationdans un mouvement perpétuel. Ainsi la question « comment lire la ville ? » reste-t-elle totalement pertinente. Nous
    poursuivons nos propositions de réponses en l’abordant sous des angles divers, pour en révéler la complexité et l’intérêt. La constitution du paysage urbain du vingtième arrondissement ébauchée lors des deux dernières saisons, nous conduit à examiner plus avant certains thèmes, tant historiques qu’urbanistiques. C’est par la mise en perspective de sites particuliers, de l’évolution d’équipements structurants et de l’interrogation relative au devenir de l’aménagement urbain, que nous vous entraînerons vers de nouvelles approches. « La ville demeure à travers la diversité des perspectives, des façades, des trottoirs, des visages… » Pierre Sansot (1). Nous vivons la ville au quotidien, dans les bâtiments publics, les immeubles d’habitations, ceux de l’activité économique, de la culture, des sports et des loisirs, des monuments et de l’environnement. Que nous donnent à voir tous ces ensembles ? Que laissent-ils percevoir de l’activité passée ? Quelles traces reste-t-il des bâtiments anciens au travers de l’évolution socio – économique d’une part, des techniques d’autre part ? Les ensembles bâtis se perçoivent du plus visible – les gabarits, formes et matériaux – aux détails de construction, vestiges des époques successives. Ils sont les témoins constitutifs de la ville. La continuité des bâtiments, ou leur rupture, ainsi que tous les aménagements connexes composent la rue, les carrefours et les places. Du dedans au dehors, la rue structure l’espace public de la ville. Pour cette nouvelle série de conférences, nous allons vous conduire vers de nouveaux parcours des rues de Belleville, Ménilmontant et Charonne, du XVIe siècle à nos jours, pour les voir autrement, sous l’angle de nos regards historique et
    prospectif !

Vous pouvez télécharger le programme complet ici : Programme 2016/2017